La marque

Mars 2016

Marcher et observer: les gens, sois-même, les lieux, les yeux, les visages, les expressions, les pensées.

J’ai l’impression que, comme mon regard sonde, alors au même moment, mes sourcils froncent, que j’ai la mine sévère et inaccueillante. Mais ce n’est pas ça, je suis juste concentrée sur mon univers.

Je regarde tout, tout le monde.

Premièrement, cette jeunesse, encore bien jeune (comme moi mais plus que moi), inexpérimentée et pourtant arrogante, méprisante. Petits immortels inconscients.

Deuxièmement, les amoureux, qui en se tenant par la main, se témoignent publiquement leur attachement, leur affection. Eux aussi, un autre type d’inconscients, ces fous. Entre vous et moi, qui souffre le plus: moi de ma solitude ou vous de votre non-solitude et de votre solitude à deux? L’herbe est toujours plus verte ailleurs.

Je divague à nouveau. Car ma pensée première était: J’aime les êtres marqués par l’existence, qui prennent la vie à coeur, à corps, pour en élever la signification et le but. Ce n’est probablement pas l’âge qui détermine si l’être est marqué ou non, mais en grande partie son parcours, ses expériences heureuses et malheureuses.

Mais le regard, oui j’aime pouvoir me fondre dans les yeux de quelqu’un et chercher, voir, m’y plonger. Les yeux, le miroire de l’âme n’est-ce pas?

Il y a néanmoins d’autres sortes de marques: la douceur, la joie, la colère, l’innoncence, la pureté, la déception, l’amour, la résignation.

Mais est-il seulement possible de ne pas être marqué par l’existence?

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s