Surinterprète

Mars 2016

Mais qu’est-ce que tu veux à la fin?
Pourquoi tu me parles de manière codée?
Pourquoi m’as-tu habituée à ce type de langage, à ce type de communication?

On se dit à demi-mots. Mots mystérieux, mots rieurs, mots moqueurs.

Je ris encore toute seule de mon propre gag. A croire que je suis la plus douée pour me faire rire aux éclats. Je suis trop forte. Je suis ma propre source d’angoisses. Je suis ma propre souce de joie.

Mais qu’est-ce que tu veux à la fin? Que je reste? Que je sois là? Que je sois ta distraction? Toujours là quand il faut, quand tu en as besoin? Qui disparaît quand c’est pas le moment?

Mais c’est moi qui donne une signification profonde à tout ce que tu dis, à tout ce que tu fais. Je me piège toute seule, à imaginer je ne sais quoi. Je savais que j’aurais dû faire interprète. Non, j’aurais dû faire surinterprète, parce que je suis plutôt douée pour ça. J’attribue des pensées, des jugements à ceux qui se tiennent face à moi, des pensées qu’ils n’ont jamais eu l’idée, ni l’envie de penser, ni d’exprimer. Je suis attachées aux idées que j’attribue aux autres et fini par les considérer comme la réalité, la vérité. Ce cerveau de malheur qui jamais ne s’éteind.

[…]

Mais tu ne m’as toujours pas dit: qu’est-ce que tu veux à la fin?

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s